La diarrhée chronique du chien www.berger-allemand-mx.com

Définition de cette diarrhée

Une diarrhée chronique est définie par l'émission de selles trop liquides et/ou trop fréquentes, évoluant sur plus de 15 jours à plusieurs mois,d ans les cas séveres. Il faut aller consulter votre vétérinaire car l'origine de ce déreglement intestinal implique un large éventail de causes.

Les mécanismes physiologiques de la diarrhée, qu’elle soit aiguë ou chronique, sont identiques. La distinction des symptômes entre les diarrhées de l’intestin grêle et les diarrhées du colon, qu’elles soient aiguës ou chroniques, est également identiques. En revanche, les causes de diarrhées chroniques sont très différentes de celles de diarrhées aiguës.

berger allemand, santé, diarrhée chronique, traitement

-L'eau rencontré, source de diarrhées passagères
mais nos chiens ne doivent pas être aseptisés.

Quelques causes de cette diarrhée

L’insuffisance pancréatique exocrine

berger allemand, santé, diarrhée chronique, traitement
L'eau de mer source de diarrhée passagère
1 smecta et cela passe bien.

L'insuffisance pancréatique exocrine est une maladie rare, qui touche le jeune adulte de moins de cinq ans. Une prédisposition est notée chez le berger allemand. Les enzymes sécrétées par le pancréas exocrine sont indispensables à la digestion et à l'absorption des protéines, des glucides et des lipides : une insuffisance de sécrétion d'enzymes induit une insuffisance de digestion et d'assimilation des aliments. Cette maladie se manifeste donc par une diarrhée mais également par un amaigrissement et une augmentation de l’appétit de façon compensatoire. La diarrhée est assez caractéristique : selles très molles de type bouse et de coloration très claire, approchant la couleur mastic. Les enzymes pancréatiques jouent également un rôle dans l'équilibre de la microflore intestinale ; leur absence est à l'origine d'une prolifération bactérienne qui aggrave la diarrhée.

Le diagnostic de cette maladie nécessite un bilan sanguin et des examens de laboratoire. Le traitement repose sur la prescription d'une alimentation hautement digestible et d'une complémentation enzymatique qui seront maintenues à vie. En début de traitement, pour lutter contre les proliférations bactériennes, une antibiothérapie peut s'avérer nécessaire.

L’insuffisance hépatobiliaire

La bile contient des acides biliaires qui contribuent à la digestion des graisses. Un obstacle à son écoulement (obstruction des voies biliaires, tumeur) peut être à l'origine d'une diarrhée caractérisée par une décoloration des selles et souvent associée à d'autres symptômes : liquide dans le ventre, jaunisse, vomissements.

Le syndrome de prolifération bactérienne

La prolifération chronique de bactéries au niveau de l'intestin grêle est une maladie fréquente et grave, frappant de nombreuses races de chiens. Elle est à l'origine de l'apparition d'une diarrhée souvent profuse accompagnée d'un amaigrissement, signe de mal assimilation intestinale.

Cette prolifération est favorisée par des troubles de la motricité du tube digestif, par des lésions obstructives du tube digestif (tumeurs), par des déficits immunitaires au niveau des cellules intestinales, par une diminution ou un défaut de sécrétion des enzymes digestives biliaires ou pancréatiques, ou par une maladie inflammatoire chronique du tube digestif.
Elle est combattue par l’administration d’antibiotiques et la gestion des effets secondaires de la diarrhée.

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales

berger allemand, santé, diarrhée chronique, traitement
Galypse
sous surveillance avec le sable
avaler de la terre est moins dangeureux

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales sont aussi appelées « MICI » et sont caractérisées par une infiltration des cellules intestinales par différentes cellules inflammatoires (globules blancs de différentes familles). Elles sont la première cause de diarrhée chronique chez le chien. Elles peuvent avoir une origine identifiable (bactéries, parasites, allergie alimentaire, prolifération bactérienne) ou non et sont alors dites idiopathiques.
Le diagnostic de ces maladies est histologique c'est-à-dire qu'il nécessite de réaliser des prélèvements de la muqueuse intestinale (par fibroscopie ou au cours d’une intervention chirurgicale) qui seront envoyés au laboratoire pour identifier les cellules. On élimine également toutes les autres causes de diarrhée.

Le traitement diététique est la base du traitement des entérites chroniques et vise à réduire la stimulation du système immunitaire au niveau digestif : il faut favoriser une alimentation sans conservateur, sans colorant, avec des protéines de haute valeur biologique, très digestibles, apportées sous forme de petits polypeptides d'acides aminés. L'utilisation de certains acides gras (omega 3) est recommandée. Les fibres sont bénéfiques car elles absorbent l'excès d'eau et neutralisent les toxines bactériennes.

La vermifugation est obligatoire et systématique.

Les antibiotiques sont utilisés pour contrôler la prolifération bactérienne anormale dans le tube digestif.

Les anti-inflammatoires de la famille des corticoïdes sont utilisés avec succès dans ces maladies. Ils doivent être cependant prescrits avec parcimonie et ne sont qu'un complément aux autres mesures thérapeutiques ; le but est de diminuer l'inflammation au niveau du tube digestif et de pouvoir limiter ce traitement le plus rapidement possible. D'autres molécules modulant le système immunitaire peuvent être proposées : les immunomodulateurs ou immunosupresseurs (azathioprine, ciclosporine).

Il s'agit de maladies graves et invalidantes dont le traitement est long et coûteux et dont certaines mesures seront maintenues toute la vie de l'animal, avec parfois des périodes de rechute.

La colite histiocytaire ulcérative

La colite histiocytaire ulcérative est une maladie inflammatoire chronique du côlon, qui touche surtout le jeune boxer mais également d'autres races (Mastiff, Doberman, Pinscher, Bulldog). Elle se caractérise par une diarrhée chronique, du sang en nature dans les selles et une perte de poids importante liée à la présence d'ulcères sur la muqueuse du côlon. Son origine est inconnue, les traitements sont souvent sans effet et le pronostic en est assez sombre.

Les tumeurs digestives

Les tumeurs digestives sont relativement rares chez les carnivores domestiques. Les signes cliniques (selles moulées comportant des traces de sang) apparaissent tardivement dans l'évolution de la maladie.

Les entéropathies exsudatives

On appelle entéropathie exsudative une maladie de l'intestin induite par une fuite de protéines dont l’origine est un défaut de drainage des voies lymphatiques ou la conséquence de lésions intestinales. Différentes maladies en seront la cause :

Lymphangiectasie intestinale (dilatation des vaisseaux lymphatiques au sein de la muqueuse intestinale), Ulcérations intestinales,Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, Lésion tumorale,Infection parasitaire,Corps étranger,Entérite bactérienne,Lupus érythémateux systémique,Insuffisance cardiaque droite.

Les signes cliniques les plus fréquents sont une diarrhée plutôt liquide, « graisseuse », parfois intermittente et associée à une perte de poids. Des oedèmes ou des troubles respiratoires peuvent accompagner ces maladies.

Principes de traitement des diarrhées chroniques

berger allemand, santé, diarrhée chronique, traitement
Attention au sable
Il peut provoquer un accident instestinal

Toute diarrhée chronique entraîne une déstabilisation de l'écosystème digestif et des lésions au niveau de la muqueuse intestinale ce qui aggrave et fait perdurer les symptômes. La flore intestinale est maintenue en équilibre par :

Les sécrétions acides de l'estomac qui régulent la population des bactéries ingérées.

La motricité de l'intestin.

Le mucus intestinal, empêchant les bactéries pathogènes de s'accrocher à l'épithélium.

Les bactéries de la flore normale sont capables de s'opposer à l'implantation et à la multiplication des bactéries pathogènes ce qui a un effet barrière.

Les sécrétions biliaires et des enzymes pancréatiques ont un pouvoir antibactérien.

Le système immunitaire régule et maintient cet écosystème.

Le traitement d’une diarrhée chronique vise donc à traiter la cause lorsqu’elle est identifiée et à traiter ses effets secondaires. On utilise des modificateurs du transit (spasmolytiques ou spasmogènes) pour ralentir le transit, réduire la quantité de matières fécales émises et permettre la réabsorption de l'eau. Des pansements intestinaux à base de kaolin, de pectine ou de smectite sont prescrits. Le charbon activé présente des propriétés captatrices et absorbantes.

On administre également des enzymes, des probiotiques, des ferments lactiques ou des levures en complément pour restaurer l’équilibre de la flore intestinale.

Les antibiotiques sont mis en place dans des situations spécifiques :

Dans les affections entraînant des lésions sévères de la muqueuse intestinale et prédisposant à la multiplication des bactéries (parvovirose, gastro-entérite hémorragique).

Lors d’infections intestinales à germes pathogènes : salmonelles, Campylobacter, Clostridies, Yersinia, Escherichia coli pathogènes.

Lors de prolifération bactérienne chronique au niveau de l'intestin grêle ou de maladie inflammatoire favorisant les proliférations, lors d'hépatite infectieuse.

La diététique fait partie intégrante de l'arsenal thérapeutique des diarrhées chroniques. L'alimentation influence la morphologie et la physiologie du tube digestif (renouvellement des cellules, sécrétions du mucus, absorption d'eau et électrolyte, péristaltisme, flore intestinale). On adaptera l'alimentation type de diarrhées. La vermifugation est obligatoire et systématique.

Les anti-inflammatoires de la famille des corticoïdes sont souvent utilisés pour réduire l'inflammation et la stimulation immunitaire au niveau du tube digestif. Ils sont peu onéreux et relativement efficaces. Leur utilisation doit être réduite au strict nécessaire.

En cas d'échec des corticoïdes, on peut avoir recours aux immunosuppresseurs.

Le diagnostic de la cause des diarrhées chroniques est parfois difficile et demande des examens complémentaires coûteux. Le traitement est souvent long et certaines mesures doivent parfois être poursuivies toute la vie de l'animal.

Sources : Clinique Vétérinaire de La Maison Blanche, 33, rue de Kériolet, 29900 CONCARNEAU

 

Moi, ce que j'ai vu sur 3 bergers allemands

L'article ci-dessous est un complément d'informations, les traitements cités on été efficaces sur 3 chiens que je connais qui étaient en diarrhée chronique graves,l'un allait être euthanasier, je ne suis pas vétérinaire et sans doute que le traitement cité ne sera pas efficace dans tout les cas... Mais en cas d'échec vous pouvez télécharger les documents et en parler à votre vétérinaire.
C'est ce traitement qui est donné par le vétérinaire de Mystère ( le BA poil long du site, Par intermitence sur Galypse et le BA de Sylvie, BA qui a été sauvé de justesse. Notre vétérinaire du 78 connais bien cet étude et ce traitement, bien sur les causes sous jascentes sont éliminés avec des examens et prise de sang. )

Un traitement de dernière chance par les DR Westermarck et Frias

1. Tylosyne: 20mg/kg/j en 2 prises mélangée au repas du matin et du soir pendant 1 mois, le deuxième mois 1 fois le matin, le troixième mois 1 fois tous les deux jours

2. MEDROL 16 mg : 1/2 comp. matin et soir pendant 10 jours puis 1/2 comp. par jour pendant 20 jours

3. Alimentation ménagère composée de 700 g de viande de boeuf + 700 g de riz blanc très cuit collant non rincé ou pomme de terre très bien cuites + 300 g de carottes très cuites.

En complement :

Une fois par semaine pendant 4 semaines 3 ampoules de vitamine B12 3000ug en intramuscoulaire. Ensuite une fois toute les 2 semaines et ensuite une fois par mois pour entretien. Cela empêche le développement bactérienne.

Traitement et etude des diarrhées chroniques, DR Westermarck et Frias

berger allemand, santé, diarrhée chronique, traitement
Mystère
à pris ce traitement sur plusieurs mois
il a gardé le regime alimentaire et les vitamines B12

Westermarck et Frias en 2005, ont étudié l’effet de la tylosine et de l’alimentation sur une colonie de Beagle qui présentait une diarrhée chronique depuis au moins un mois. Les chiens ont d’abord été traités pendant 10 jours avec de la tylosine à la dose de 20mg/kg/j en 2 prises quotidiennes.
Pendant cette période, les selles devenaient plus fermes mais n’étaient pas moulées. La diarrhée réapparaissait dans les 3 semaines après l’arrêt du traitement. Ils ont alors traité ces chiens dans un deuxième temps soit avec du métronidazole, soit avec de la doxicycline, soit avec de la sulfadiazine-triméthoprim. Ils n’ont noté aucune amélioration de la consistante des selles. Ils ont fait la même constatation avec de la prednisone.
Ils ont alors changé l’alimentation des chiens pendant 3 mois et remarqué la même amélioration (incomplète) qu’avec la tylosine.
Ils ont décidé d’associer la tylosine donnée pendant 10 jours à un régime alimentaire pendant 3 mois : la diarrhée a totalement disparu et les selles étaient moulées pendant toute la durée de l’essai. Ils ont conclu que l’association tylosine et régime alimentaire (sans avoir montré quel facteur du changement alimentaire (teneur en fibre, humidité…) était la plus efficace de tous les autres traitements (anti-inflammatoire, autres antibiotiques) dans le contrôle de cette diarrhée chronique.

Ce type de diarrhée répondant spécifiquement à la tylosine est nommé par les anglo-saxons « les TRD, pour tylosin-responsive diarrhea ». Les chercheurs ont voulu comprendre la pathogénie de ce type de diarrhée chronique. Ils ont montré qu’elle atteint préférentiellement des chiens de grande race et d’âge moyen.

L’étiologie de ce type de diarrhée est peu claire. Etant donnée la faible réponse à la prednisone dans l’étude, une maladie inflammatoire de l’intestin est peu probable. Après avoir réalisé plusieurs examens complémentaires (Dosage des TLI, vit B12, ELISA, PCR…), une origine parasitaire, une insuffisance pancréatique exocrine, une prolifération bactérienne intestinale, des bactéries entéropathogènes (Salmonella spp, Camplylobacter spp, Yersinia spp, Lawsoni intracellularis), et la présence de l’entérotoxine de C. perfringens et de C. difficile semblaient aussi peu probables.
Cependant, ils ne peuvent exclure le rôle d’une bactérie entéropathogène spécifique du tractus gastro-intestinal des chiens qui serait sensible à la tylosine mais difficile à éliminer. Le rôle d’un agent infectieux transmissible a été conforté par le fait que quand les chercheurs mettent en contact un chien atteint de ce type de diarrhée avec des chiens sains, les chiens qui étaient asymptomatiques présentent la même diarrhée au bout de quelques semaines.

Les documents à télécharger :
-> Thèse diarrhée et traitement (certains passages sont ardus d'autres sont accessibles pour nous les simples Maîtres. )
-> Etude des DR Frias et Westermarck et le traitement de Mystère entre autre .
-> Tableau des medicaments (sous forme d'image )

 

Histoire de Fanzy, par Sylvie M.

berger allemand,souffrant de diarrhée chronqiue
Fanzy
c'est battu jusqu'au bout pour vivre.
Les croquettes sont sur ses pattes
pour l'encourager à manger
entouré d'affection
il accepte avec courage.

Fanzy, mon pauvre toutou après 2 ans avec cette maladie est mort le 11 mars au soir avec mes 2 filles qui le soutenaient comme elles le pouvaient dans la voiture pendant son agonie pour aller chez mon véto. Son coeur s'est arrêté de battre arrivé dans les bras du véto qui m'aidait à le sortir de ma voiture.

Il se sera battu jusqu'au bout avec l'aide des vétérinaires de Maison Alfort et le suivi de mon vétérinaire dans le 78 et bien sur notre famille. Les vétérinaires on bien fait beaucoup d' examens possibles, en vain, comme dit plus haut il est parfois très très difficile de poser un diagnostic clair, limpide, définit, accessible financièrement ( Nous ne sommes pas égaux, à un moment, je ne pouvait plus dépenser encore 1000 euros, j'étais déjà à plus 1800 euros sans grands résultats.

Notre berger allemand avait une volonté de vivre incroyable, 2 ans à boire 6 gamelles d'eau et à prendre tout seul tous les médicaments que je lui donnais...

Bien sur je peux apporter mon témoignage car d'autres chiens peuvent être atteint par ces diarrhées chroniques sevères dont la cause est peu détérminé.

Expliquer le traitement de la dernière chance qui lui a permis de prolonger sa vie, grâce à la magnifique rencontre avec la Maîtresse de Mystère qui m'a aidée et soutenue, présenter un vétérinaire connaissant la Tylosine et le régime.

Je ne pensais pas qu'il allait partir ainsi alors qu'il allait mieux, il avait repris du poid, de 22 kg à environ 30 kg, mais j'ai voulu arrêter le traitement et sa diarrhée est revenue encore plus forte qu'avant, comme quoi le traitement était éfficace.

Fanzy est resté trop longtemps sans avoir le bon traitement après avoir essayé tous les antibiotiques, il lui faillait la tylosine dès le départ avec une alimentation ménagère ou adaptée. Il est mort à l'âge de 6 ans..c'est pas de chance... Une maladie épouvantable qui nécessite de créer une chatière à la taille de l'animal pour éviter les dégâts donc les personnes vivants en appartement doivent vite aller à l'essentiel car sinon cela est horrible et le temps pour nettoyer la maison invivable pour l'animal et son maître.

Un seul message, si votre chien est en echec de traitement, n'hésitez pas à télécharger les documents afin d'en parler à votre vétérinaire, Fanzy était parti trop loin pour reprendre une vie normal, le traitement lui à donner quelques mois, quelques forces , quelques jours heureux, c'est déjà beau.

Mon intime conviction par Sylvie M.

Les chiens sont des carnivores, ils ne mangent pas de céréales, un poison pour eux. En plus des céréales, dans les croquettes il y a des protéines peu chères d'où les réactions alimentaires avec maladie de peau, intolérance digestive, etc...

Les examens pratiqués sur mon berger allemand n'ont pas démontrès de tumeur cancéreuse à l'échographie, juste une mauvaise assimilation alimentaire, les croquettes finissaient en eau au bout de 4 heures sans apporter la moindre valeur nutritive

Seule l'alimentation ménagère avec viande hachée, riz et purée de carottes et surtout la tylosine ont rempli leur rôle et il a pu repprendre du poids et avec des selles normales au bout de 2 à 3 jours, mais je devais lui faire des piqures de vitamine B12 toutes les semaines

Mon véto pensait à une maladie génétique avec bactéries, je crois plus à une réaction aux croquettes haut de gamme, car lors d'un voyage de plusieurs semaines, la personne s'occupant de mon chien est passé aux croquettes. Et c'est en revenant qu'il a développé des diarrhées chroniques.

On l'a alors mis sous croquettes spéciales, ce qui à empirer les choses... Nous n' avons pas fait d'explorations des selles, je pense que cela aurait été utile ni de coloscopie, je l'ai dit je ne pouvait plus financer tous les examens.

Donc seule l'alimentation ménagère marchait mais elle est trés honéreuse et certain maîtres ne pourront pas mettre les 300 euros par mois en achetant la viande même chez grand frais le jeudi car réduction de 50%, pour les petits chiens c'est ok.. je connais une dame, qui possède un berger magnifique et fait les abbatoires pour avoir des prix, elle prend des morceaux de viandes moins noble et moins chers...même de la pense de boeuf..car il n y a pas que la viande hachée..mais quand l'assimilation ne se fait plus, il ne faut pas de fibres dans la viande et surtout elle doit être crue... et bien proportionné pour éviter les retournements de l'estomac des grands chiens.

Merci à Sylvie pour son témoignage et réflexions, sincères, sans filtres, j'ai juste viré la marque des croquettes par devoir de réserve.

 

Fanzy en forme

berger allemand, chiot
Fanzy
Un chiot normalement constitué
berger allemand, chiot
Fanzy
Un chiot craquant !
berger allemand, gros plan
Fanzy
est tombé malade vers ses 4 ans
berger allemand, gros plan
Fanzy
dans nos coeurs

 berger allemand detouré fond noir

© - Copyrith 2018 - Toute Reproduction Interdite

 

-----------------------------

 

--------------------------------------------------